Archives par mot-clé : thérapeutique

Taurine et Vigabatrin

Quelques jours après que l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments a conclu que « l’exposition à la taurine et au d-glucuronolactone via la consommation régulière de boissons énergétiques ne devait pas susciter d’inquiétude en termes de sécurité » (Communiqué de presse du 12 février), voilà que sort un article concluant qu’une alimentation riche en taurine pourrait permettre de limiter les effets secondaires sur le champ visuel du vigabatrin :

OBJECTIVE: Although vigabatrin irreversibly constricts the visual field, it remains a potent therapy for infantile spasms and a third-line drug for refractory epilepsies. In albino animals, this drug induces a reduction in retinal cell function, retinal disorganization, and cone photoreceptor damage. The objective of this study was to investigate the light dependence of the vigabatrin-elicited retinal toxicity and to screen for molecules preventing this secondary effect of vigabatrin.
METHODS: Rats and mice were treated daily with 40 and 3mg vigabatrin, respectively. Retinal cell lesions were demonstrated by assessing cell function with electroretinogram measurements, and quantifying retinal disorganization, gliosis, and cone cell densities.
RESULTS: Vigabatrin-elicited retinal lesions were prevented by maintaining animals in darkness during treatment. Different mechanisms including taurine deficiency were reported to produce such phototoxicity; we therefore measured amino acid plasma levels in vigabatrin-treated animals. Taurine levels were 67% lower in vigabatrin-treated animals than in control animals. Taurine supplementation reduced all components of retinal lesions in both rats and mice. Among six vigabatrin-treated infants, the taurine plasma level was found to be below normal in three patients and undetectable in two patients.
INTERPRETATION: These results indicate that vigabatrin generates a taurine deficiency responsible for its retinal phototoxicity. Future studies will investigate whether cotreatment with taurine and vigabatrin can limit epileptic seizures without inducing the constriction of the visual field. Patients taking vigabatrin could gain immediate benefit from reduced light exposures and dietetic advice on taurine-rich foods.

En attendant d’en savoir plus, faut-il conseiller de prendre ces comprimés avec du Red Bull 😉 ?

Référence : Jammoul F, Wang Q, Nabbout R, Coriat C, Duboc A, Simonutti M, Dubus E, Craft CM, Ye W, Collins SD, Dulac O, Chiron C, Sahel JA, Picaud S. Taurine deficiency is a cause of vigabatrin-induced retinal phototoxicity. Ann Neurol. 2009 Jan;65(1):98-107.

Comparaison des corticoïdes intra-vitréens au laser en traitement de l’oedème maculaire diabétique : la réponse à une mauvaise question ?

L’utilisation hors AMM de la triamcinolone en injections intra-vitréennes, malgré les avertissements du laboratoire et des autorités de santé, semblait devenue plus ou moins incontournable pour le traitement de l’œdème maculaire diabétique depuis plusieurs années (faisant utiliser par certains le terme de « nouveau paradigme »). Nous déplorions cependant régulièrement le manque d’étude clinique pour légitimer cet usage.

Or, le 26 juillet étaient mis en ligne les résultats de l’étude du réseau DRCR.net, sous l’égide du National Eye Institute, visant à comparer au long cours l’efficacité des injections intra-vitréennes de triamcinolone avec la photocoagulation maculaire (Ophthalmology. 2008 Sep;115(9):1447-9, 1449.e1-10. Epub 2008 Jul 26.)
Les résultats, repris rapidement un peu partout sur l’internet « ophtalmologique », étaient pour le moins inattendus, puisque les auteurs concluent que le laser maculaire est plus efficace que les injections intra-vitréennes pour maintenir l’acuité visuelle au long cours !

Cependant, si à première vue, l’étude a été bien conduite, quelques remarques s’imposent :

  • La différence entre les deux groupes, bien que « statistiquement » significative, n’est finalement pas si importante « cliniquement » (les patients traités par laser ont une acuité visuelle meilleure de 3 à 5 lettres par rapport aux patients traités par injections).
  • L’étude, certes randomisée (les 3 groupes sont effectivement admirablement comparables au départ), n’a pas été conduite en insu. Selon les auteurs, cela ne serait pas un inconvénient puisque les injections bénéficiaient d’un tel a priori positif que cela n’aurait pu qu’influencer les résultats au détriment du laser…
  • Il n’y a quasiment aucun renseignement concernant l’évolution de l’équilibre glycémique (juste une phrase avant la discussion), ni, surtout, aucun élément sur l’évolution de la tension artérielle…
  • Enfin, le principal problème concerne non le design de l’étude, mais les critères selon lesquels les patients y ont été inclus. En effet, il n’y a aucune distinction sur le caractère focal ou diffus des oedèmes maculaires. Or, bien que la distinction entre les deux soit loin d’être consensuelle (et justement, le DRCR.net signait justement une méta-analyse à ce sujet en septembre : Am J Ophthalmol. 2008 Nov;146(5):649-55, 655.e1-6. Epub 2008 Sep 5 : dommage qu’ils ne se soient pas posés la question avant !), il semble qu’un grand nombre de patients étaient justement probablement atteints d’œdèmes focaux, si l’on en croit la publication des caractéristiques détaillées des patients à l’inclusion (Retina. 2008 Jul-Aug;28(7):919-30.), sans que l’on sache si leur distribution entre les groupes de traitement était équilibrée (en tous cas, il n’y avait pas de stratification de la randomisation sur ce critère).

L’étude donc, bien que rigoureuse… ne répond probablement qu’à une mauvaise question (comparer la triamcinolone et le laser en traitement de TOUS les œdèmes maculaires diabétiques, sans prendre réellement en compte l’équilibre glycémique et tensionnel).

Du coup, ces résultats ne vont probablement finalement pas changer grand chose à notre pratique, du moins en Europe : la plupart d’entre nous en effet réservons déjà les injections aux patients avec des oedèmes, diffus, ne répondant pas/plus au laser ; peut-être cette étude nous orientera-t-elle plus volontiers vers des traitements combinés (mais pas encore réellement évalués)… en attendant les résultats des études en cours avec d’autres traitements prometteurs dans cette indication.

Par contre, ces résultats ont déjà fait au moins une victime : quelques jours à peine après la publication de ces résultats, était annoncé l’arrêt de l’essai de phase II de I-Vation, un implant intra-oculaire de triamcinolone : le design de l’étude (comparaison à placebo) n’est effectivement probablement plus acceptable dorénavant, du moins pour enregistrer un traitement auprès des autorités de santé…

NB : SurModics a annoncé en septembre l’interruption de l’accord de recherche et développement signé en juin 2007 avec Merck… mais cela n’aurait rien à voir…

Enfin, pour la petite histoire, signalons que la triamcinolone utilisée dans l’essai du DRCR.net n’était autre que Trivaris (laboratoire Allergan), qui venait d’obtenir son autorisation de mise sur le marché américain par la FDA : gageons qu’il sera difficile d’étendre ses indications au traitement de l’œdème maculaire diabétique, non ?

« Anti-VEGF et DMLA » au DU « Angiographie et Pathologie Rétinienne 2008 »

Petite mise à jour des diapositives concernant les anti-VEGF et leur utilisation en traitement de la DMLA exsudative, pour le DU « Angiographie et Pathologie Rétinienne » 2008 (18 juin 2008) :

Ces fichiers sont à votre disposition pour une utilisation personnelle (consultation) :
aucun élément ne peut être diffusé sans mon autorisation.
N’hésitez pas à me contacter pour toutes questions.

NB : Vous trouverez quelques détails sur l’étude VERITAS, dont je n’avais pas connaissance en préparant ce diaporama, dans le billet d’hier…

Glaucome encore

Pendant ce temps là, signalons qu’une première prostaglandine non conservée vient d’être approuvée dans certains pays européens… et que l’European Glaucoma Society a dévoilé à l’occasion de son dernier congrès (début juin) la nouvelle édition des « Terminology and Guidelines for Glaucoma », disponible en téléchargement sur son site internet.

Source : Ophthalmology Times Europe (16 mai et 13 juin)

Glaucome et cosmétique

Il y a quelques jours, le laboratoire Allergan annonçait son souhait d’élargir les indications du bimatoprost à … la stimulation de la pousse des cils !
Ou comment transformer l’effet indésirable d’un médicament en produit cosmétique…

Contrairement à d’autres laboratoires en ce moment, cette stratégie permettra peut-être en outre à Allergan d’appréhender avec sérénité l’avenir et l’arrivée de médicaments génériques !

Cependant, des fabriquants de cosmétiques y avaient déjà pensé (voir par exemple : « Age Intervention Eyelash Conditioner » (Jan Marini Skin Research) ou « RevitaLash » (Athena Cosmetics Corporation), déjà sur le marché)… ce qui n’était justement pas du goût du laboratoire, si l’on en croit Ophthalmology Times Europe (janvier 2008)