Archives du mot-clé biblio

Ostéo-odonto-keratoprothèse

Quelques jours à peine après l’annonce de l’implantation d’implants rétiniens de dernière génération (Second Sight Argus II) chez 10 patients américains, l’espoir de redonner la vue aux aveugles (ce qui est aujourd’hui pour le moins très optimiste) était encore entretenu aujourd’hui avec cette dépêche AFP :

DUBLIN (AFP) – Un Irlandais, devenu aveugle après une explosion il y a deux ans, a expliqué mercredi avoir recouvré la vue grâce à une opération chirurgicale qui a consisté à insérer dans son oeil une dent de son fils.

Bob McNichol, 57 ans, du conté de Mayo (ouest de l’Irlande), avait perdu la vue en novembre 2005 lorsque de l’aluminium liquide chauffé à blanc avait explosé dans une entreprise de recyclage. « Je pense que je resterais aveugle pour le restant de mes jours », avait alors déclaré M. McNichol sur la radio publique irlandaise RTE.

Alors que les médecins lui avaient annoncé qu’ils ne pouvaient plus rien pour lui, il avait entendu parler d’une opération miracle réalisée à l’hôpital ophtalmologique du Sussex à Brighton (sud de l’Angleterre). Cette opération, expérimentée en Italie dans les années 60, consiste à fabriquer un support pour une cornée artificielle à partir d’une dent du patient, y compris la racine et la partie de la mâchoire l’entourant.

Mais dans le cas de M. McNichol, c’est son fils Robert, 23 ans, qui a fourni la matière première pour l’opération: l’orbite de l’oeil droit a été reconstruit, la dent y a été implantée et une lentille a ensuite été insérée dans un trou percé dans la dent. Au total, quinze heures d’opération ont été nécessaires.

« Il y avait 65% de chance que je retrouve de l’acuité visuelle », a expliqué Bob McNichol. « Maintenant, je vois suffisamment pour me déplacer et je peux regarder la télévision », a-t-il relevé.

Une technique chirurgicale ressemblant à cette description existe effectivement : il s’agit de l’ostéo-odonto-kératoprothèse, dont la première description publiée semble dater de 1965 (Strampelli B et coll. Ann Ottalmol Clin Ocul. 1965 Jun;91(6):462-79).

Pour résumer cette technique complexe, il s’agit d’une alternative à la greffe de cornée (indiquée donc en cas d’opacité cornéenne ne pouvant bénéficier de greffe, les autres structures de l’œil étant intactes : il ne s’agit aucunement de remplacer TOUT l’oeil par une dent évidemment !) : après « préparation » de plusieurs mois (de la surface oculaire d’une part et du futur « greffon » d’autre part), la cornée opacifiée est ouverte, puis un cylindre optique en PMMA placé au centre d’un « support » tissulaire vivant (dent) vient fermer l’orifice (après iridodialyse, ablation du cristallin et vitrectomie antérieure), le tout étant ensuite recouvert d’une prothèse esthétique. Grâce au cylindre central, le patient peut donc espérer récupérer une certaine acuité visuelle.

La seule originalité dans cette dépêche est que ce n’est pas une dent du patient qui a été utilisée, mais celle de son fils (cependant, le recours à un apparenté est évoqué dans l’article cité ci-dessous)…

Cette procédure chirurgicale lourde, dont je n’avais jamais entendu parler auparavant, est loin d’être courante, et les publications sur le sujet ne sont pas très nombreuses…

En savoir plus : Falcinelli G et coll. Modified osteo-odonto-keratoprosthesis for treatment of corneal blindness: long-term anatomical and functional outcomes in 181 cases. Arch Ophthalmol. 2005 Oct;123(10):1319-29.

Une nouvelle piste pour comprendre la physiopathologie des occlusions veineuses rétiniennes ?

Comme j’avais eu l’occasion de travailler sur le sujet à l’occasion de ma thèse il y a quelques années, je vous signale la parution de l’article rapportant la découverte, chez un nombre non négligeable de patients (un tiers) atteints d’occlusion de la veine centrale de la rétine, d’un phénomène de pousse spontanée en culture de moelle osseuse de progéniteurs erythroïdes , phénomène uniquement observé habituellement chez des patients atteints de syndromes myélo-prolifératifs et/ou de thrombose veineuse sus-hépatique (syndrome de Budd-Chiari), et jamais chez des sujets normaux…

Peut-être donc une nouvelle piste pour comprendre la physiopathologie des occlusions veineuses rétiniennes ?

Référence : Héron E & al. Endogenous Erythroid Colony Formation in Patients with Retinal Vein Occlusion. Ophthalmology 2007 Dec;114(12):2155-2161.

Abstract :
Continuer la lecture de Une nouvelle piste pour comprendre la physiopathologie des occlusions veineuses rétiniennes ?

Bibliographie : NLM Style Guide

La « National Library of Medicine’s (NLM) » vient de publier l’édition 2007 de son guide de bibliographie. Les nombreux chapitres expliquent et illustrent comment citer non seulement les publications imprimées (articles et livres), mais aussi des éléments non publiés, des médias audio ou vidéo, et du contenu trouvé sur internet.
Voilà par exemple comment citer un blog :
Citer un blog...

Source : Open Medicine Blog

Web2.0 dans Ophthalmology

Dans le dernier numéro d’Ophthalmology est paru un éditorial sur l’intérêt des outils internet dits « Web 2.0 » pour la pratique médicale :
Thomas J. Liesegang. Web 2.0, Library 2.0, Physician Learning 2.0. Ophthalmology Volume 114, Issue 10, October 2007, Pages 1801-1803.

Il y est question de flux RSS, blogs, wikis, podcast, videocast, réseaux sociaux, moteurs de recherche, et des changements qu’ils pourraient entrainer pour l’enseignement, la recherche d’information médicale, les bibliothèques… et les éditeurs !
En bref, autant de sujets que nous avons déjà ou auront l’occasion d’aborder plus en détail ici…

En attendant, d’autres articles récents sur le même sujet pourraient également vous intéresser :

Risque d’endophtalmie après injection intra-vitréenne de triamcinolone

Jusqu’alors, nous n’avions pas d’idée précise de l’incidence d’endophtalmie après injection intra-vitréenne de triamcinolone, faute d’étude avec un nombre suffisant de patients.
Cette lacune est en partie comblée par la publication de premières analyses des études actuellement en cours au USA concernant l’utilisation de la triamcinolone en traitement des oedèmes maculaires diabétiques et secondaires aux occlusions veineuses rétiniennes :

PURPOSE: To report the incidence of endophthalmitis following intravitreal injection using a standardized injection procedure. DESIGN: Two randomized clinical trials. METHODS: Nonpreserved intravitreal triamcinolone acetonide in prefilled syringes (Allergan, Inc, Irvine, California, USA) was injected intravitreally in the Diabetic Retinopathy Clinical Research Network (DRCR net) and the Standard Care vs COrticosteroid for REtinal Vein Occlusion (SCORE) clinical trials. The standardized injection procedure did not include the use of topical antibiotics during the days prior to the injection. RESULTS: As of December 31, 2006, 1,378 intravitreal injections (538 eyes) have been administered in the Diabetic Retinopathy Clinical Research Network Diabetic Macular Edema trial and 631 injections (301 eyes) in Standard Care vs COrticosteroid for REtinal Vein Occlusion. There was one case of endophthalmitis in the 2,009 injections to date (0.05%, 95% confidence interval 0.001% to 0.277%). CONCLUSION: A low rate of endophthalmitis is achievable using a standardized procedure for intravitreal injection without prescribing antibiotic prophylaxis on the days prior to the injection.

Le taux d’incidence de 1/2000 est donc très proche des meilleurs rapportés après chirurgie de la cataracte.
Détail important : il n’est utilisé aucune antibioprophylaxie les jours précédents l’injection dans ces études !

Référence : Bhavsar AR, Ip MS, Glassman AR; DRCRnet and the SCORE Study Groups. The Risk of Endophthalmitis Following Intravitreal Triamcinolone Injection in the DRCRnet and SCORE Clinical Trials. Am J Ophthalmol. 2007 Sep;144(3):454-6.