Grippe H1/N1 : un article à lire

De retour de cours, j’ai pris le temps de lire ce long et complet article de Dominique Dupagne (signalé par un twitt un peu plus tôt dans la matinée), et je ne peux que vous conseiller d’en faire autant pour décider si oui ou non vous allez vous faire vacciner (l’article ne vous donnera pas la réponse, mais juste les informations nécessaires pour ce choix personnel).
Quelques citations (mais à lire en entier !) :

Après un moment de panique, il est apparu au début de l’été que ce virus était certes très contagieux, mais finalement peu agressif. Pas plus que le virus H1N1 habituel. Ce qui était inhabituel en revanche, c’était le nombre de personnes, jeunes notamment, touchées par la grippe. Il était alors trop tard pour intégrer ce nouveau virus dans le vaccin saisonnier dont la production était déjà lancée.
Certains gouvernements, français notamment, ont alors décidé dès le début de l’été d’appliquer à ce nouveau virus H1N1 la procédure d’urgence créée pour le « méchantissime » H5N1 aviaire. Malgré les nouvelles rassurantes de l’hémisphère sud, il était semble-t-il trop tard en août pour reculer et la campagne de vaccination massive par le vaccin dit « pandémique », c’est à dire contenant le nouveau virus H1N1, et « dopé » au squalène a été mise en place avec les remous que l’on sait.

Une chose très importante que vous devez comprendre est que la question n’est pas de se vacciner ou non cette année contre la nouvelle grippe A/H1N1, mais de savoir si l’on veut se vacciner contre la grippe en général. En effet, la nouvelle grippe H1N1 ne diffère pas significativement de sa « mère » l’ancienne grippe A/H1N1 qui circule en Europe depuis 1918, et qui est intégrée dans le vaccin saisonnier. La seule différence est que les adultes jeunes sont dans leur grande majorité dépourvus d’anticorps contre cette nouvelle grippe A, car elle n’a pas beaucoup circulé récemment.

Le choix est donc le suivant, il n’y en pas d’autre :
– Je me vaccine cette année puis tous les ans contre la grippe car je ne veux pas prendre de risque vis-à-vis de cette maladie.
– Je suis prêt à prendre le risque d’attraper la grippe (tous les 15 ans en moyenne) avec les risques qui vont avec et je ne me vaccine jamais contre cette maladie.

Le risque de décès par la grippe est par exemple inférieur à celui consistant à circuler à vélo en ville, très inférieur à celui de rouler à moto. Il est d’un ordre de grandeur comparable à celui engendré par un long voyage en voiture.

Contracter la grippe assure une immunité bien plus forte que le vaccin. Il ne peut être affirmé ni exclu que cette meilleure immunité naturelle constituera un avantage en cas d’épidémie future par un virus agressif dérivé du virus A/H1N1 2009.

Il y a un effet altruiste dans la vaccination : elle diminue la probabilité de transmettre le virus et participe à la réduction de l’intensité de l’épidémie.

Pour une personne bien portante, il faut donc mettre en balance le risque d’une grippe tous les 15 ans (et ses éventuelles complications) avec les risques associés à un vaccin annuel, sachant que l’efficacité du vaccin est habituellement de 50% (il diminue par deux la probabilité de contracter la grippe, mais ne protège pas à 100% comme d’autres vaccins.)

Il est clair qu’en terme de mortalité par exemple, le risque lié au vaccin est très nettement inférieur à celui lié à la grippe. Néanmoins, sur 10 ans cela se joue à quelques points par million. Lorsque l’on atteint des niveaux de risque aussi bas à titre individuel, il est légitime de s’interroger sur l’intérêt de la recherche du « risque zéro ». Nous nous exposons quotidiennement à des risques beaucoup plus importants.

La vaccination saisonnière annuelle chez le bien-portant est donc un choix personnel. Il n’y a pas de règle car il n’y a pas de conduite évidente. Chacun en fonction de son acceptation ou non d’un risque infime fera son choix pour lui ou ses enfants. Clamer haut et fort qu’il faut ou au contraire ne faut pas se faire vacciner cette année n’a aucun sens. Le seul argument pour l’incitation serait d’étaler dans la durée les cas de grippe grave afin d’éviter la surcharge des services de réanimation. Une telle justification aurait peut-être été mieux entendue par le public.

Mise à jour : ETDRS en pratique, version 2009

Nouvelle version du cours sur la méthode pour mesurer l’acuité visuelle selon l’ETDRS :

Ces fichiers sont à votre disposition pour une utilisation personnelle (consultation) :
aucun élément ne peut être diffusé sans mon autorisation.
N’hésitez pas à me contacter pour toutes questions.

Dossier thématique « Internet et santé » dans la Presse Médicale

Accessibles en ligne pour les abonnés de ScienceDirect depuis début septembre, les articles du dossier thématique « Internet et Santé » sont maintenant accessibles gratuitement sur EM-consulte.
Hervé Maisonneuve et Denise Silber qui ont coordonnés ce dossier, le présentent en podcast : http://www.em-consulte.com/getInfoProduit/LPM/Memo.mp3


Au sommaire :

Bientôt, du Lucentis « LP » (libération prolongée) ?

C’est la question que l’on peut se poser à la lecture du communiqué de presse du 6 octobre, concernant l’accord signé par Roche/Genentech avec SurModics, pour l’utilisation d’un dispositif de délivrance prolongée (microparticules)…

Cependant, le développement d’une telle nouvelle formulation nécessitera certainement la réalisation de nouveaux essais avant sa mise sur le marché, ce qui prendra donc un certain temps : nous n’en avons donc pas tout à fait fini avec la répétition des injections et les discussions sur la meilleure stratégie pour en réduire le nombre tout en conservant les meilleurs résultats sur la vision de nos patients…

En savoir plus : Irv Arons’ Journal
Via @OSNSuperSite

Ressources utiles sur internet et/ou l'ophtalmologie… et un peu plus encore.